Ypsilon éditeur Littérature
Ypsilon éditeur La bibliothèque typographique
Ypsilon éditeur Ymagier
Alejandra Pizarnik Journal
Alejandra Pizarnik
Journal
Premiers cahiers 1954-1960


04/2021

Traduction & postface de Clément Bondu


368 pages
15 x 22,5 cm


ISBN 978-2-35654-102-4

28 €

lire un extrait

1954 — « Qui m’a appris le nom de Shakespeare ? Personne. Je suis née avec ce nom gravé a priori dans ma nébuleuse. “Ça”, c’est l’éternité ! »

1955 — « Tu es un être humain, Alejandra. Des ions négatifs et positifs explosent dans ta sphère. »

1956 — « ce Journal m’évoque de l’onanisme littéraire. Je vais arrêter. »

1957 — « Possibilité de vivre ? Oui, il y en a une. C’est la page blanche, c’est me dépeindre sur le papier, c’est sortir hors de moi-même et voyager dans une page blanche. »

1958 — « Cette manière d’être étendue, gisant, noyée en moi-même, sans jamais me perdre de vue, même dans l’aliénation, à quoi obéit-elle ? À ce que je ne trouve rien de plus intéressant que moi. »

1959 — « Je suis toute entière un être littéraire. »

1960 — « Mais j’ai peur de confondre la littérature et la vie. »